Sauvons le train

Sauvons le train

Voitures jouets

Lorsque les trains du Val Durance ne circuleront plus, les cars et autos satureront les routes. Dans les périodes touristiques, cela engendrera bouchon et pic de pollution. En CO2 certes mais la pollution  sera également sonore.

 

La proposition est de provoquer un troublant charivari de klaxon et autre bip bip de voitures jouets, lâchées dans les pieds  des gens qui attendent dans le hall de la gare.

 

Dans l’esprit flash mob, le nombre  de participants et le timing sont déterminant.

 

Mode opératoire :

 

20 personnes minimum avec deux à 3 petites voitures bip bip  ou  une petite voiture téléguidée.

Chaque participant dispose également d’une pétition à signer.

Durée de l’action : 3 minutes.

 

L’action  peut être répétée plusieurs fois. Toutes les demi-heures par exemple.

 

 

Scénario :

 

- Sur un signal sonore ( par exemple une annonce diffusée par la sono de la gare. Un message qui ne dit rien mais qui interpelle style « train train train train train train train train train train….  plus de …..  train train train train train train train train train train    »)

 

Les participant(e)s déposent leurs voitures. Pendant le temps de l’action, ils surveillent leurs voitures. Ils ne parlent pas, ils ne répondent pas aux questions des gens qui attendent dans la gare.

- Un signal sonore arrête l’action.

 

Les participants répondent aux questions des gens qui veulent en savoir plus et sortent les pétitions.

 

Remarque : Dans les flash mob, si de nombreuses personnes interpellées ont le geste de sortir leur smartphone, l’équipe organisatrice a préalablement choisie les  espaces pour les prises de vue. Ceux sont les images montées  qui  potentiellement font le buz  sur la toile!

 

Budget :

Ces jouets ne coutent pas très chers. A Marseille, ces petites voitures  sont vendues dans la rue. Au marché du soleil, à côté de la porte d’Aix, elles sont vendues 3- 4 euros.

100 voitures cela fait tout de même 300 euros.

Lorsque le train arrive  en gare d'Austerlitz, les ballons et leurs cartes postales sont lâchées dans le hall. 

 

Ils restent en l'air, dans l'espace SNCF, jusqu'à ce qu'ils tombent au sol 

et qu'un voyageur lise le message écrit sur la carte.



04/04/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 89 autres membres