Sauvons le train

Sauvons le train

Quel est votre avis ?

J'ouvre le sujet. Merci de donner vos avis que l'on puisse prendre rapidement une décision.

0 appréciations
Hors-ligne
Nous devons profiter du rassemblement de samedi pour remettre les pétitions en Préfecture. Il nous sera ensuite difficile de pouvoir mobiliser à nouveau autant de monde et il n'est pas certain qu'un
rendez-vous puisse être pris avec Ségolène Royal.

Steeve Peyron

Dernière modification le mercredi 24 Juin 2015 à 17:37:03

0 appréciations
Hors-ligne
Je pense de même  !
Marine CdD SUD

0 appréciations
Hors-ligne
Les pétitions ont été en grande partie collectées en hivers.
Les  remettre à Ségolène Royal, n'a pu se faire jusqu'à présent, faute de rdv.  Robert de Caumont a évoqué que la  ministre du développement durable était concentrée à 100% sur la COP 21.

Je pense qu'il faut rester vigilent et attendre que le contexte soit plus favorable pour qu'elle saisisse l'opportunité d'accueillir 26000 pétitions, c'est à dire 26000 voix  qui souhaitent  un réseau ferroviaire  pour se déplacer  dans le  département  des hautes Alpes.

Je lis dans l'appréciation ci-dessus, une crainte de la démobilisation. Nous pourrions aussi cet été avec les  nouveaux vacanciers poursuivre, relancer  la pétition.
Et inventer des actions, c'est à dire les préparer (comme celle de s'encorder) pour être opérationnel d'ici la fin de l'année.

Bernard P
Bernard Pedrotti

1 appréciations
Hors-ligne
Bonjour à tous,
A mon sens il faut remettre les pétitions samedi. Je crois qu'il faut clore cette phase avant que la mobilisation ne s'épuise complètement. La rencontre avec SR, qui sait déjà que l'on a beaucoup de pétitions, ne me semble pas apporter un réel plus.
"On " pourrait profiter de cet été pour relancer la mobilisation comme le propose Bernard sauf que ON est par nature indéfini et que toutes les dernières propositions n'ont eu que peu d'échos favorables. Pour ma part, par exemple,  je ne serai pas dispo cet été.
Alors attendre un moment plus propice qui viendra peut être (ou pas) ou profiter de notre mobilisation de samedi. A nous de voir.
A samedi
Didier

1 appréciations
Hors-ligne
Personnellement, j'ai envie de clore cette phase avant les décisions officielles du gouvernement . Nous avons fait signer ces pétitions afin de montrer au gouvernement que beaucoup de personnes étaient concernées par le devenir de nos trains. Qu'on les remette à SG ou au préfet, elles arriveront au même endroit mais nous on aura fait notre boulot jusqu'au bout par rapport aux gens qui ont signés. Et on sera disponibles pour une autre phase selon les décisions gouvernementales à venir.

Christine Aouizrat

0 appréciations
Hors-ligne

 
Je sens une certaine érosion dans les mails de Didier et Christine, un essoufflement fort
compréhensible quand l’engagement sur tous les terrains  est  visible depuis décembre 2014.
 
Je reste convaincu que le collectif citoyens « sauvons le train » a  su par sa capacité d’organisation, de cohésion, de délibération, ouvrir  une page dans l’écriture des liens entre élus responsables et citoyens avertis et investis pour les  services publics et bien communs.  L’histoire est en cours etrien n’est joué d’avance.
 
Résister c’est créer, écrivait Stéphan Hessel qui n’a rien lâché jusqu’ à ce qu’il s’éteigne à
95 ans. Créer, c’est résister, précisait malicieux  cet indigné, adepte des réseaux.
 
Dans un mail de Albert  G que je découvre ce matin,qu’il n’a pu transmettre sur la liste il dit : A mon sens IL NE FAUT SURTOUT PAS remettre les pétitions samedi. Ne confondons pas vitesse et précipitation !
Gardons la tête froide !!!
Je me rallie à la proposition de Joël GIRAUD : "Je crois qu'il faut attendre l'expression du gouvernement et dans la foulée leur remettre notre petition avec un peu de
pub, ce que déteste tout gouvernement
".
 
A samedi calmement,mais avec détermination
 
Il y a beaucoup de point d’exclamation et peu d’argumentation. Bref, je développe les points
d’exclamation à ma sauce du vendredi, veille du rassemblement à GAP.
 
Dans un récent mail, envoyé par Jean Yves Petit, il ne semble pas qu’il y ait urgence du côté
du gouvernement à entériner de manière définitive   la fermeture du TET.
Il y a d’autres dossiers plus « patates chaudes », avec tout ce qui peut
surgir comme un glissement de terrain, des débordements de violence, un conflit
qui éclate ici où là.
 
Bref,  à mon sens, les pétitions doivent être considérées comme autant de braises en veille prête à mettre le feu dans les esprits de tous   le jour J,  au lieu X, à madame XL  ou monsieur PPCM.

Un peu de dérision, car la lutte demande de l’endurance et je ne suis pas certain à l’instant
où j’écris de savoir avec certitude  quelle est ma propre capacité à m’engager dans la durée.
Je pense à tout ceux qui sont sur le qui vive à propos du TAFTA et toutes celles et ceux
qui avant eux ont fait preuve de vigilance. Merci à eux.
 
Alors si les gouvernements passent et la population s’enlise c’est que bien souvent le flambeau de ce qui est le cœur de la lutte ne fut pas transmis.
 
 
Quel est le contexte favorable pour remettre les pétitions ?
Je n’ai pas la recette.  Et celui qui  prétendrait en avoir une, serait un filou digne de siéger au FMI.
 
De nombreux trains de nuit disparaissent en Europe. Je reviens sur un argument concernant
la spécificité et l’unicité du Paris-Briançon de nuit.

Il n’en reste plus qu’un ! Le Paris Briançon !

Un train que les voyageurs  de tous les pays voudront pratiquer pour découvrir le charme de ses gares animées avec ses ronds-points de contestation so french (le Veyn'art ouvre une brèche dans les produits de loisirs de demain : No fatigue, du fun, du confort, de la sécurité et tellement écolo)

Et le  jour J, le collectif peut sortir de sa  trésorerie, les 26000 signatures plus toutes celles à venir, pour les présenter au gouvernement
 
en gage d’investissement
 
sur  le développement durable et patrimoine de la mobilité humaine  à petite vitesse.

Un peu de dérision pour reprendre son souffle
le train en roule
( à suivre)
 
 
Samedi, je ne serai pas à Gap. Bien avec vous par la pensée.
Bernard Pedrotti

0 appréciations
Hors-ligne
je l'ai déjà dit, rien ne sert de se précipiter pôur remettre les pétitions. Elles ne serviront )à rien si n'elles ne servent pas au moment de la décision définitive. Mais il sera difficile de l'apprécier excactement car l'intérêt de l'Etat est sans doute de faire traîner pour amoindrir les résistances ou pour trouver d'autres solutions dans le cadre de la privatisation, notamment du Paris-Briançon, hypothèse déjà envisagée. Si on veut limiter les risques, il me semble nécessaire de limiter les contacts avec les autorités préfectorales qui ne peuvent pas nous donner satisfaction mais qui peuvent soutenir des propositions qui ne feront pas notre affaire.
Je ne pourrai pas être des votres à Gap car le samedi est le jour des arrivées et départ des touristes !
Bernard Liger

Répondre
Pseudo :
Adresse e-mail:


Se souvenir de mes infos ( pseudo et e-mail ) :
Cochez la case ci-contre :

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 89 autres membres